L'Église catholique célèbre le centenaire de l'armistice de 1918

Ce dimanche 11 novembre, de nombreux événements organisés dans les diocèses commémorent de la signature de l’armistice qui mis fin à la Grande Guerre.


ZOOM

La cathédrale Notre-Dame de Paris, illuminé à l’occasion de la commémoration de l’armistice, le 11 novembre 2017. / FRANCOIS GUILLOT/AFP

L’Église catholique s’associe à l’ensemble de la nation pour commémorer la fin de la Première Guerre mondiale. De manière symbolique, partout en France, les églises feront sonner leurs cloches à pleine volée dimanche 11 novembre à 11 heures pendant 11 minutes – à l’invitation de la Conférence des évêques de France (CEF) et de la Société Française de campanologie – comme ce fut le cas le 11 novembre 1918 pour marquer la fin de la guerre.

Messe télévisée depuis les Invalides

Par ailleurs, de nombreux événements sont organisés dans les diocèses pour commémorer la signature de l’armistice. Ainsi, le diocèse aux armées participera aux cérémonies avec une messe, retransmise sur France 2, à 7 heures, en la chapelle Saint-Louis de l’École militaire.

Commémorer la Grande Guerre, un devoir renouvelé

Cette messe, présidée par Mgr Antoine de Romanet, évêque aux armées, sera l’occasion de prier pour toutes les victimes du conflit et en particulier pour les 5 198 prêtres, religieux et religieuses qui ont perdu la vie pendant la Grande Guerre. Un livre d’or du clergé et des congrégations intitulé « La preuve du sang », édité en 1925, rappelle, par la liste exhaustive des combattants, la large part prise par l’Église catholique pendant les combats.

Un évêque allemand à Reims

Sur tout le territoire, des messes pour la paix seront célébrées comme à la cathédrale Notre-Dame de Reims à 11 heures présidée par Mgr Éric de Moulins-Beaufort, en présence de Mgr Johannes Bündgens, évêque auxiliaire d’Aix-la-Chapelle qui prononcera l’homélie en français. Une célébration de la réconciliation franco-allemande d’autant plus symbolique que la cathédrale de Reims a été largement bombardée par les Allemands lors du conflit. Ce même jour, Mgr Bruno Feillet, évêque auxiliaire de Reims, participera à une prière avec des enfants allemands et français, à 6 heures du matin, en l’église Saint-Martin de Dom-le-Mesnil, petit village des Ardennes d’où est partie la dernière offensive de la Première Guerre mondiale.

Dans le diocèse de Soissons, la messe du centenaire de l’armistice à Craonne (Aisne) sera présidée par Mgr Renauld de Dinechin à 10 heures. L’ancien village de Craonne a été complètement détruit pendant la Grande Guerre au cours des différentes batailles du Chemin des Dames. La commune de Craonne est également célèbre pour la « Chanson de Craonne », chanson incitant à la mutinerie entonnée par des soldats français. Mgr Jean-Paul Gusching, évêque de Verdun, célèbrera une messe à l’Ossuaire de Douaumont à 15 h samedi 10 novembre avant une célébration à la cathédrale dimanche 11 novembre à 10 h 30.

L’évêque d’Arras à la nécropole Notre-Dame de Lorette

L’évêque d’Arras, Mgr Jean-Paul Jaeger, participera, lui, samedi 10 novembre à une veillée à la nécropole Notre-Dame de Lorette – plus grand cimetière militaire français –, à Ablain-Saint-Nazaire (Pas-de-Calais) avant les cérémonies commémoratives du lendemain à Arras. À Metz, en la cathédrale Saint-Étienne, une messe solennelle et un Te Deum seront célébrés à 11 h 15, sous la présidence de l’évêque du diocèse Mgr Jean-Christophe Lagleize, en présence de Mgr Karl-Heinz Wiesemann, évêque de la ville allemande de Spire.

Joseph Zimet : « L’empreinte mondiale de la Grande Guerre se trouve en France »

Dans le diocèse de Meaux, les paroisses sont invitées à honorer les plaques commémoratives au sein des églises par des fleurs, un encensement, une bénédiction et une lecture des noms de défunts qui y figurent.

Par ailleurs, dimanche après-midi, à l’église Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg, au sanctuaire Saint-Bonaventure de Lyon et à la cathédrale de Versailles, la Fédération française des petits chanteurs organise trois concerts pour la paix. Le sanctuaire de Lourdes s’associe également aux commémorations avec une exposition intitulée « Lourdes et la grande guerre » à la galerie Sainte-Véronique.

Arnaud Bevilacqua