Macron tente d'apaiser les tensions avec Trump

Le président français Emmanuel Macron a accueilli samedi Donald Trump en optant pour un ton résolument conciliant sur la question sensible de la défense européenne au lendemain d’un tweet très agressif du président américain.

L’impétueux président est dans la capitale française pour le week-end pour participer aux commémorations du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, en présence de dirigeants venus du monde entier.







Visiblement soucieux de désamorcer la polémique, les deux hommes ont insisté sur leurs liens étroits : « Nous sommes devenus très bons amis au fil des ans », a assuré M. Trump. Mais son visage était fermé et l’atmosphère loin des démonstrations passées de complicité.








« Nous devons mieux partager le fardeau au sein de l’OTAN », a lancé M. Macron dès les débuts de l’entretien à l’Élysée, une musique douce aux oreilles du locataire de la Maison-Blanche qui ne cesse de réclamer une hausse des dépenses militaires des pays européens jugeant la situation actuelle injuste pour le contribuable américain.







« Nous voulons une Europe forte », a de son côté affirmé le président américain.  







Depuis Lodz en Pologne, le président du Conseil européen Donald Tusk a soutenu exactement le contraire, reprochant à M. Trump d’être contre « une Europe unie et forte ».







Vendredi soir, Donald Trump avait opté pour un ton nettement moins consensuel, dénonçant, dans un tweet extrêmement virulent, les propos d’Emmanuel Macron, ardent partisan d’une autonomie européenne en matière de défense.  







« Le président Macron vient de suggérer que l’Europe construise sa propre armée pour se protéger contre les États-Unis, la Chine et la Russie », avait-il écrit au moment même où Air Force One atterrissait près de Paris.  







« Très insultant mais peut-être que l’Europe devrait d’abord payer sa part à l’OTAN que les États-Unis subventionnent largement ! », avait-il ajouté.







Samedi matin, l’Élysée a assuré que l’armée européenne prônée par le président français en début de semaine ne visait en aucun cas les États-Unis, évoquant une « confusion » dans l’interprétation de ses propos.







Déjeuner avec Melania







Une grande partie de l’Europe s’abrite sous le bouclier américain depuis l’après-guerre, sans payer un prix satisfaisant selon Donald Trump.







Depuis son élection, Emmanuel Macron plaide constamment pour un renforcement européen de la Défense, la France mettant justement en avant l’incertitude stratégique provoquée par les positions de Donald Trump.







Plus largement, cette saillie illustre les désaccords politiques profonds qui opposent les deux hommes, sur l’environnement, le nucléaire iranien, les relations commerciales, et d’une manière générale, sur la gouvernance des affaires du monde, pour laquelle M. Macron défend le multilatéralisme, honni par M. Trump.







Après la rencontre, la première dame américaine Melania Trump s’est rendue à son tour à l’Élysée où elle a été accueillie par Brigitte Macron. Les deux couples présidentiels, qui avaient dîné ensemble à la tour Eiffel à l’occasion du 14 juillet, ont déjeuné à l’Élysée.







M. Trump devait initialement se rendre au cimetière américain de Bois Belleau, à une centaine de kilomètres au nord-est de Paris, mais la visite a été annulée en raison du mauvais temps. La Maison-Blanche a souligné les difficultés logistiques d’un tel déplacement, sachant que M. Trump devait se rendre sur place à bord de l’hélicoptère présidentiel Marine One.







M. Macron a lui pris vers 14 h GMT (9h, HE) le chemin d’une clairière près de Compiègne, au nord de Paris, pour y retrouver la chancelière allemande Angela Merkel pour une cérémonie très symbolique.







C’est ici que le 11 novembre 1918 fut signé dans un wagon restaurant l’armistice scellant la fin de la Première Guerre mondiale, qui fit 18 millions de morts.







Le palais de l’Élysée souligne que « c’est la première fois depuis 1945 » que le président français et le chef du gouvernement allemand se rencontrent dans la clairière de l’Armistice.







« Valeur de la réconciliation »







« La cérémonie sera sobre et sans discours », a-t-on ajouté de même source.







Les deux dirigeants déposeront une gerbe et dévoileront une nouvelle plaque au pied du monument la « Dalle sacrée », au milieu de la clairière, sur laquelle on peut lire « Ici le 11 novembre 1918 succomba le criminel orgueil de l’empire allemand vaincu par les peuples libres qu’il prétendait asservir ».







La nouvelle inscription sera, elle, beaucoup moins martiale, et réaffirmera « la valeur de la réconciliation franco-allemande au service de l’Europe et de la paix ».







Dans la soirée, les Macron, Trump, Merkel, et plusieurs autres dignitaires se retrouveront au Musée d’Orsay à Paris, pour une visite de l’exposition consacrée à Picasso et un dîner protocolaire sur place, avant la grande cérémonie de dimanche matin sous l’Arc de triomphe, point d’orgue des commémorations.







L’impétueux président américain, adepte au contraire d’une approche diplomatique faite de pression et de négociation directe, est arrivé vendredi soir pour participer à ces deux jours de célébration de la paix à Paris, avec des dizaines d’autres chefs d’État et de gouvernement.







Les deux hommes ont proclamé leurs liens étroits, même si vendredi soir, le président américain avait accusé dans un tweet le français d’avoir été « très insultant » sur le dossier sensible de la défense européenne.







« Nous sommes devenus très bons amis au fil des ans », a assuré samedi matin Donald Trump. Mais son visage était fermé et l’atmosphère loin des démonstrations passées de complicité.







« Le président Macron vient de suggérer que l’Europe construise sa propre armée pour se protéger contre les États-Unis, la Chine et la Russie », avait-il écrit. « Très insultant mais peut-être que l’Europe devrait d’abord payer sa part à l’OTAN que les États-Unis subventionnent largement ! ».







Samedi matin, l’Élysée a assuré qu’il y avait une « confusion » dans l’interprétation des propos de M. Macron.







« Nous devons mieux partager le fardeau au sein de l’OTAN », a lancé M. Macron dès les débuts de l’entretien à l’Élysée, une musique douce aux oreilles du locataire de la Maison-Blanche qui ne cesse de dire que les pays européens ne payent pas assez, alors qu’une grande partie de l’Europe s’abrite sous le bouclier américain depuis l’après-guerre.







Macron et Trump « alignés »







« Nous voulons une Europe forte »,  a affirmé le président américain. Ce que semble pas croire le président du Conseil européen Donald Tusk qui a soutenu exactement le contraire à Lodz en Pologne, reprochant à M. Trump d’être contre « une Europe unie et forte ».







Depuis son élection, Emmanuel Macron plaide constamment pour un renforcement européen de la Défense, la France mettant justement en avant l’incertitude stratégique provoquée par les positions de Donald Trump.







Emmanuel Macron a affirmé à Donald Trump qu’« il faut plus d’autonomie et de capacités de défense de l’Europe pour être un partenaire plus crédible pour les États-Unis », selon son entourage.







« À la fin de la discussion, ils ont dit que étaient alignés, en phase sur cette vision de l’alliance Atlantique », ont assuré ses conseillers.







Plus largement, cette saillie illustre les désaccords politiques profonds qui opposent les deux hommes, sur l’environnement, le nucléaire iranien, les relations commerciales, et d’une manière générale, sur la gouvernance des affaires du monde, pour laquelle M. Macron défend le multilatéralisme, honni par M. Trump.







Après un déjeuner en présence de Mélania Trump et Brigitte Macron, le président américain est retourné à la résidence de l’ambassadeur. Il a renoncé à se rendre au cimetière américain de Bois Belleau, à une centaine de kilomètres au nord-est de Paris, en raison du mauvais temps.







La Maison-Blanche a souligné les difficultés logistiques d’un tel déplacement, sachant que M. Trump devait se rendre sur place à bord de l’hélicoptère présidentiel Marine One. De nombreux internautes ont raillé sur les réseaux sociaux ce changement de programme.







Dans la soirée, les Macron, Trump, Merkel, et plusieurs autres dignitaires dont le Canadien Justin Trudeau se retrouveront au Musée d’Orsay à Paris, pour une visite de l’exposition sur Picasso et un dîner protocolaire, avant la grande cérémonie de dimanche matin sous l’Arc de Triomphe, point d’orgue des commémorations.