Tiger Woods n'ira pas jouer en Arabie Saoudite

Sollicité contre un très gros chèque pour prendre part au Saudi International, nouveau tournoi au calendrier du Tour européen 2019, l’ancien n°1 mondial a préféré s’abstenir.

Selon le Telegraph, Tiger Woods, qui lancera sa saison 2018-19 au Hero World Challenge(29 novembre-2 décembre), aurait refusé l’invitation du Saudi International, nouveau tournoi du Tour européen programmé du 31 janvier au 3 février 2019. Le Tigre, qui aurait toujours selon le Telegraph  été approché dès cet été, avait pourtant la possibilité d’empocher une prime de départ d’environ 2,5 millions de Livres (2 870 700 euros).

3 millions d’euros de dotation

Ce refus, qui n’a pas été commenté par le principal intéressé, ferait suite aux tensions entre les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite nées après l’assassinat le 2 octobre dernier du chroniqueur du Washington Post, Jamal Khashoggi. Ce dernier, opposant au prince héritier Mohammed bin Salman, avait été éliminé au consulat saoudien d’Istanbul. La présence du Tigre en Arabie Saoudite pourrait donc être très mal interprétée par le gouvernement américain mais aussi par les fans du golfeur. Il se murmure également que d’autres grandes stars du golf mondial (Dustin Johnson, Patrick Reed et Paul Casey) pourraient elles aussi refuser finalement de prendre le départ de ce rendez-vous positionné  juste après Abu Dhabi (HSBC Championship) et Dubaï (Desert Classic) et dont la dotation a été fixée à 3,5 millions de dollars (3 066 630 euros).

L’European Tour va surveiller la situation

Interrogé la semaine passée en marge du Turkish Airlines Open sur le bien-fondé de cette « nouveauté » dans le calendrier de l’European Tour 2019, Chris Pelley, le Directeur général du Circuit, avait souligné qu’il « continuerait à surveiller la situation (..) Le Saudi International est sur notre calendrier et nous continuerons à surveiller cela comme on pourrait le faire avec un autre pays. Nous avons entendu certaines critiques. De toute évidence, la liberté d’expression est plus souple grâce aux médias sociaux. Nous avons écouté et nous continuerons à surveiller la situation. »