Newmont avale Goldcorp dans une transaction en actions de 10 milliards US

Le groupe minier américain Newmont Mining Corporation a annoncé lundi un accord définitif pour acquérir son concurrent canadien Goldcorp via une transaction en actions évaluée à 10 milliards de dollars US, devant donner naissance au « numéro un mondial de l’or ».

Selon les termes de l’accord, exposé dans un communiqué, Newmont offre 32,80 % d’une de ses actions pour chaque action Goldcorp.







Les actionnaires de Newmont possèderont 65 % environ du capital de la nouvelle structure, contre 35 % pour ceux de Goldcorp.








« L’alliance va créer le numéro un mondial du marché de l’or, avec les meilleurs actifs, les meilleures perspectives, les meilleures opportunités de création de valeur », s’est félicité Gary Goldberg, patron de Newmont.







« Notre stratégie a fait ses preuves et nous avons un plan rigoureux pour tirer pleinement parti de cette association. Nous espérons que cette synergie nous permettra de générer jusqu’à 100 millions de dollars d’économies annuelles avant impôts », a-t-il ajouté.







Newmont Goldcorp, la nouvelle entité formée, entend également offrir à ses actionnaires le dividende « le plus élevé parmi les producteurs d’or », à  0,56 dollar par action.







En 2017, Newmont et Goldcorp ont respectivement produit 5,3 et 2,6 millions d’onces d’or.







« En plus de la profondeur et de la qualité de nos opérations, de nos projets, de l’exploration et de nos réserves, les actifs de la nouvelle entreprise seront situés dans les juridictions minières les plus favorables du monde », s’est pour sa part réjoui David Garofalo, président de Goldcorp.







En fusionnant, les deux entreprises peuvent espérer produire 6 à 7 millions d’onces d’or par an sur les dix prochaines années. L’ensemble sera particulièrement présent sur le continent américain, en Australie et au Ghana.







Un autre géant mondial de l’or a vu le jour récemment avec l’acquisition du groupe minier britannique Randgold par son concurrent canadien Barrick. Cette opération crée une société valorisée à 18 milliards de dollars.