Stroll croit pouvoir aspirer au podium avec sa nouvelle équipe

TORONTO — Même s’il s’agit d’une nouvelle équipe de Formule 1 et que son nom final n’a été dévoilé qu’au lancement de sa toute première voiture mercredi à Toronto, le Québécois Lance Stroll n’a pas hésité à dire que SportPesa Racing Point aspirera au podium cette saison.

La dernière-née des écuries de Formule 1 a été présentée aux médias au Metropolitan Toronto Convention Center, de même que la voiture qui participera aux 21 épreuves de la saison à compter du 17 mars à Melbourne, en Australie.

C’était la première fois de l’histoire qu’une équipe de F1 dévoilait sa nouvelle voiture en exclusivité au Canada. L’événement coïncidait avec le Salon de l’Auto de Toronto. Un événement qui n’est pas passé inaperçu auprès du promoteur du Grand Prix du Canada, François Dumontier.

«C’est exceptionnel. Là-dedans, il y a un message important de l’équipe : même si elle est basée à Silverstone, c’est une équipe canadienne. Le message s’adresse aux Canadiens : “Nous sommes chez nous”, et la direction de l’équipe comprend l’importance du Canada dans ce sport», a-t-il mentionné.

L’événement s’est déroulé en présence de Stroll et de son coéquipier mexicain Sergio Perez, ainsi que des membres du consortium qui s’est porté acquéreur de la défunte équipe Force India en août dernier – lequel est mené par le père milliardaire de Stroll, Lawrence.

Conscient de l’importance de l’événement, ce dernier a d’ailleurs porté un “toast” à la nouvelle équipe lors d’une rencontre improvisée après le lancement. «C’était l’idée de Lance de faire ça au Canada, et je trouve que c’était une idée géniale», a-t-il déclaré.

Tour à tour, Stroll et Perez, vêtus de leur nouvel uniforme rose et bleu, ont fait part de leur excitation à l’idée d’amorcer une nouvelle ère. Même s’il en sera à un troisième coéquipier en autant de saisons – après Felipe Massa et Sergei Sirotkin chez Williams à ses deux premières années en F1 -, le pilote de Mont-Tremblant a rappelé que lui et Perez ne sont pas des étrangers.

«Nous nous connaissons depuis 2010 ou 2011, a-t-il dit. Je venais de faire le saut en Europe afin de poursuivre ma carrière internationale en karting, alors qu’il (Perez) venait de faire le saut en F1. (…) Sergio est un très bon pilote, et il ne fait aucun doute qu’il contribuera au développement de la voiture cette saison.»

«Je me souviens encore de la première fois que je l’ai rencontré. Lance était encore un petit garçon, a relaté Perez en riant. Il fait partie de cette nouvelle génération de pilote, et il est affamé. Ce sera très intéressant à suivre en piste.»

Environ 20 minutes après le début de l’événement, Stroll et Perez ont retiré la toile noire qui recouvrait la voiture pour dévoiler un bolide où le rose est la couleur prédominante. Ce sont cependant les nouveaux ailerons avant et arrière, qui doivent respecter la nouvelle réglementation de la F1 en 2019, qui ont retenu l’attention.

«Les pires résultats imaginables» en soufflerie

En janvier, le directeur technique de Racing Point, Andy Green, avait déclaré au magazine Motorsport.com que les premiers tests en soufflerie «avaient généré les pires résultats imaginables». Il a tempéré ses commentaires pendant le lancement en déclarant que «les portions avant et médiane de la voiture seront probablement le principal terrain de jeu des ingénieurs cette saison».

Pour sa part, Stroll a précisé qu’il n’avait pas encore pu piloter la voiture en piste, étant limité au simulateur. Il a donc préféré opter pour une approche optimiste en vue de la saison 2019.

«C’est sûr que les changements aérodynamiques vont affecter tout le monde, a-t-il évoqué. Mais je pense que c’est positif, parce que ça va peut-être permettre à certaines équipes de bousculer la hiérarchie établie. Ceci étant dit, je crois que nous aurons un bon “package” cette saison.

«Il va d’abord falloir voir où on se trouvera par rapport aux autres, puis bâtir là-dessus jusqu’au Grand Prix d’Espagne, où traditionnellement toutes les équipes apportent leurs premières innovations techniques, a-t-il expliqué. Il va falloir qu’on travaille sur notre constance cette saison, mais selon moi il ne fait aucun doute qu’on va pouvoir se battre pour des podiums.»

D’autre part, le Québécois a assuré ne pas ressentir de pression à mieux performer cette saison, après sa décevante 18e place au classement des pilotes l’an dernier, même s’il devra aussi composer avec le fait qu’il est le fils de l’un des propriétaires de Racing Point.

«C’est plutôt une opportunité. Je vais tout donner ce que je peux, et on va voir les résultats. Ce n’est pas de la pression négative, au contraire, je crois que c’est ce qui me motivera tout au long de la campagne (de faire taire les critiques).»

Racing Point mettra sa nouvelle monture à l’épreuve contre les autres équipes du plateau à compter du 18 février, lors de la première portion des essais hivernaux qui se dérouleront au circuit Catalunya de Barcelone.