Le Fouquet's brûle, un minimum.

© PierreLouis© PierreLouis

Lors de l’acte 18 du samedi 16 mars, le Fouquet’s des Champs Élysées est incendié. C’est un minimum.

Une vitrine cassée, une voiture explosée, une banque incendiée, c’est un minimum, c’est loin d’un maximum.

Le Fouquet’s brûle un samedi — chaque jour en France, 25 personnes meurent du chômage..

Le Fouquet’s brûle un samedi — tous les deux jours en France, 1 agriculteur se suicide.

Le Fouquet’s brûle un samedi — chaque samedi des Gilets jaunes sont victimes de blessures à la tête, d’éborgnement ou d’arrachage de main.

Le Fouquet’s brûle un samedi — chaque jour la planète se réchauffe un peu plus.

Le Fouquet’s brûle. Mais la planète brûle, des vies brûlent. Et pas qu’un samedi.

On peut s’indigner un minimum pour des meubles incendiés. On pourrait se révolter un maximum pour des vies violentées.

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.